Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

RATIATUM, 

RESPECTE SON PASSE, ASSURE SON AVENIR

Bro Raez

Pays de Retz

Eskopti Naoned

Évêché de Nantes

  Rezé

*Reudied

 

pajenn bet digoret an 10.05.2022 page ouverte le 10.05.2022     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 15/05/2022 19:35:54

Définition / Displegadur : commune de la Bretagne historique, en Pays de Retz évêché de Nantes.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "Pays de la Loire"; département de Loire-Atlantique; arrondissement de Nantes; chef-lieu de canton; sur la rive sud de la Loire et la Sèvre

C.P : 44400

Superficie :  1543 ha.(1378 hect. selon Delattre)

Population : 3700 'communiants' vers 1780; 4989 ,hab. en 1806; 7377 hab. en 1881; 8751 hab. en 1901; 19000 hab. en 1954; 33509 hab. en 1968; 33562 hab. en 1982; 35478 hab. en 1999; 38425 hab. en 2010.

Armoiries; blason / Ardamezioù; skoed

* Froger & Pressensé (1996) : "D'azur à la nef d'or équipée de même, habillée d'hermines, voguant sur des ondes de sinople; au chef losangé de gueules et d'argent, chaque losange d'argent chargé de 4 burelles d'azur"

- Concepteur : Mr Raffin (en 1969)

- D.M. du 30 janvier 1970

- Le chef évoque des Rezay, Vicomtes de Rezé (sceau de 1260)

* J.-C. Even : "En glazur, e lestr en aour greet ivez en aour, gwisket en erminoù, mordoant war gwagennoù geotet; e gab talbennanek etre gwad hag arc'hant, pep talbennan en arc'hant karget gant peder c'houdreustell en glazur"

* Editions Flohic (1999) : "présenté avec la couronne ducale, il fait la synthèse des anciens blasons. Les armoiries losangées d'argent et de gueules, chargées de quatre burelles d'azur, sont celles des sires de Rezay au XIIIè siècle; celles qui portent la couronne rappellent les comtes de Monti de Rezé au XVIIème siècle, et celles à la barque d'or évoquent le passé maritime de la ville à la fin du XIXème siècle".

NB JC Even : ... ils en oublient les hermines qui sont de Bretagne

Paroisse : église sous le vocable de 

Histoire :

* Ogée (1780) :  Rezé; dans un fond; à 2/3 de lieue an S. [S.-O.- 1/4,S.] de Nantes, son évêché, sa subdélégation et son ressort. On y compte 3700 communiants. La cure, jadis présentée par l’abbé de Saint-Jouin, a été remise, depuis quelques années, à l’évêque diocésain. Le territoire, couvert d’arbres et buissons, renferme des terres en labeur, des prairies excellentes sur le bord de la Loire, des vignes, et quelques landes an sud de son bourg, sur le chemin de Nantes a La Rochelle. Cette paroisse relève du roi. 

Ce bourg a long-temps exercé la plume des écrivains; mais tous ces écrits ne nous ont rien appris de certain touchant son antiquité. Les uns, sans aucun motif fondé, ont prétendu que c’était jadis la principale cité des Nantais, tandis que la raison et l’histoire se réunissaient pour contredire cette opinion. Les Romains, disent-ils, ayant défait les Vénètes, vinrent à Nantes, dont les habitants furent traités avec la dernière rigueur par ces conquérants, qui voulaient les punir d’avoir secouru leurs voisins. L’ancienne cité de Nantes fut rasée; et c'est de la que Rezé a pris son nom. Les autres, enchérissant sur ce système, et ajoutant l'extravagance à l’erreur, ont voulu que la tour de Pirmil ait été bâtie par César, qui lui donna ce nom, en l’honneur du célèbre Paul-Émile, vainqueur de Persée, roi de Macédoine. Ainsi, par l’analogie de ces deux noms, tout est expliqué, tout est découvert; et voila une vérité historique dans tout son jour. Rien de plus certain que cette assertion : "Le bourg de Rezé a, sans doute, été une ville que les Romains ont rasée; et Pirmil a trop de ressemblance avec Paul-Émile pour qu‘on puisse nier que cette tour doive sa fondation aux Romains. " Il faut dire que voila une plaisante manière de décider une question. 

Mais, dira-t-on, qu’est-ce qu’était Rezé dans son origine ? Je n’en sais rien, et vraisemblablement on ne le saura jamais. Il en est de ce bourg comme des villes de Nantes, de Rennes, d'Aleth, de Vannes. etc., dont on ne peut assigner la fondation. Les Celtes, nos pères, qui seuls pouvaient nous en instruire, n’ont laissé aucun monument qu’on puisse consulter. Cependant, si Rezé eut été le chef-lieu des Nantais, détruit par les Romains, il est à croire que César et les autres historiens de cette nation n’auraient pas passé sous silence la destruction d’une cité aussi considérable : les Nantais auraient d’ailleurs conservé des domaines dans cette partie, et un certain attachement pour leur ancien séjour, et l’on sait que, dans les premiers siècles, les habitants de cette ville regardaient ceux de la rive opposée comme des étrangers pour eux. Rezé ne dépendait pas de l’évêché de Nantes, mais de celui de Poitiers, et faisait partie de l'Aquitaine. Cependant Rezé était un lieu considérable : les ruines qu’on y remarque le prouvent; et 1’on peut assurer que ce lieu était très-anciennement habité. Il est même à présumer que c'était là une des principales villes du pays de Retz; et, si l’on y fait quelque jour des fouilles, la conjecture pourra se changer en certitude. 

Quoi qu‘il en soit, saint Lupier, que l’on nomine saint Lucien, est né dans cette paroisse, et y a reçu le baptême l’an 340, sous l'épiscopat d’Eumelius, évêque de Nantes, par saint Hilaire, évêque de Poitiers; et en ce temps, Rezé s’appelait Rosiare. Après la mort de saint Lupier, les miracles qui se firent sur son tombeau engagèrent le peuple à bâtir, en son honneur, une chapelle, qui forme aujourd’hui un riche prieuré, qui appartient à l'abbaye de Geneston. Conan Mériadec avait conquis une partie de l’Aquitaine, et les princes bretons, qui tenaient Rezé sous leur domination, y faisaient battre monnaie en 570. Il nous en reste un tiers de sol d’or, avec une tête cintrée d’un diadème perlé, et deux légendes portant ces mots : Ratiate et Theodoricus. Cette médaille est probablement du comte Théodoric, fils de Budic, comte de Vannes. Le diadème qu’on y remarque nous le montre régnant à Rezé. Le bourg de Rezé, dit l’auteur de la Dissertation sur les monnaies de Bretagne, lieu remarquable par les grandes ruines qu’on y voit. et ou il y avait autrefois un port que quelques-uns soupçonnent être le portus Sichor ou portus Pictorum, est assurément la ville de Ratiate. On y trouva, il y a peu d’années, des médailles de l'empereur Julien, dans des fondements. Cette ville, riche par son commerce de mer et sur la Loire, fut ruinée, par un débordement d’eau, dans le VIIè siècle. Le château de Begon, sur la rive gauche de la Loire, en Rezé, fut bâti par Bégon, époux de Hildegarde, fille de l’empereur Louis-le-Débonnaire. Charles-le-Chauve, son beau-frère, le fit comte de Poitiers, après la mort du comte Rainauld, tué par Lambert l’an 843. Gunfer prit ce château, et y fit sa demeure jusqu’en 853, qu’il fut brûlé par les Normands. — En 1292, le seigneur de Rezé devait un chevalier au duc, pour la remonte de ses troupes, tant pour le fief de Rezé que pour les habitants du lieu. — En 1625, il fut érigé deux foires à Pont-Rousseau, en faveur de Jacques Barrin, premier président de la Chambre des comptes. La terre et seigneurie de Rezé, avec haute-justice, fut érigée en comté, l’an 1681, en faveur de N.... de Monti, à la postérité duquel elle appartient encore. — En 1450, l'abbé de Villeneuve avait une maison dans cette paroisse. La Salmonière appartenait, dans le même temps, à Jean Morin; la Grande-Haye, au sieur de Ses-Maisons; la métairie do la Chaterie, à Robert L’Épervier; et celle de la Fouexonniere, à Georges L’Épervier.

* Marteville et Varin (1843) : REZE : commune formée de l'anc. par. de ce nom; aujourd'hui cure de 2è classe : jadis vicairie perpétuelle, à présentation du chapitre de Nantes an nom de sancti Petri de Rezoeio; chef-lieu de perception; brigade de gendarmerie temporaire à Pont-Rousseau; bureau d'enregistrement. — Limit. : N. Chantenay (la Loire); N.-E. Nantes et la Sèvre; E. Vertou; S. Pont-Saint-Martin; O. Bouguenais. — Princip. vill. : Pont-Rousseau, Trentemoux, la Basse-Ile, la Haute-Ile, la Basse-Lande, la Blordière, la Monnière, le Châtellier, l'Aufrère, les Chapelles, l'Ecorbut, le Chêne-Creux, la Petite-Lande, la Bauche. — Cont. cad. 1543 hect. 36 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 725; prés et pât. 221: vignes 297; bois 36; verg. et jard. 80; landes et incultes 4; sup. des prop. bât. 32; prop. non imp. 146. Const. div. 1344; moulins 27; moulins du Bourg, du Grand Clos, Blanc, du Chêne, du Clos-Bonet, des Mahodières, du Petit-Cartier, de la Bauche, les 3 Moulins, des Barres, de la Lande, etc. Rezé est un gros bourg situé à l’embouchure de la Sèvre dans la Loire. Nous n’avons sur cette localité aucun document assez précis pour nous prononcer, comme notre auteur, sur son antiquité, à laquelle nous croyons cependant. — Les briques à rebords et à crochets, d’une origine incontestablement romaine, abondent dans les environs; on cite même quelques maisons dans les murs desquelles apparaissent çà et là des fragments de poterie antique. — L’île de Trentemoux, formée par la Loire et par le bras principal de la Sèvre, est un des points les plus intéressants de cette commune. Les habitants en sont tous marins et approvisionnent Nantes du poisson qu'on pèche en Loire. Dans les grandes eaux, l’île de Trentemoux est sujette à être inondée; aussi les maisons, groupées presque toutes en avant de l'ile, ont-elles pour principale pièce d‘habitation un premier étage auquel on arrive par un escalier extérieur. — Il y a foire pour les bestiaux le 30 mars, le 30 avril et le 25 juillet, à Font-Rousseau. (En cas de jour férié, la foire est remise au lendemain.) — Géologie : le sol de cette commune est formé do micaschiste, recouvert en grande partie par l’argile commune. Les prairies d’alluvion se montrent an nord-est et an nord-ouest. — On parle le français.

* Daniel Delattre (2013) : A l'époque féodale, la vicomté de Rezé est créée à la fin du XIè. Elle sera érigée en comté, en 1672; au profit de la famille de Monti.

 

Patrimoine. Archéologie / Glad, Arkeologouriezh

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Menhir le Piona, au Haut-Landreau  
Site gallo-romain de Saint Lupien  
Le bourg Ar bourg
Église saint Paul (1842) Iliz sant Paol
Église saint Pierre (1867) Iliz sant Pêr
Église Notre-Dame du Rosaire (1960) Iliz Itron-Varia ar Rozera
Chapelle de la Chaussée (1699) Chapel an Hent
Croix de la chapelle de la Blanche (1642) Kroaz ar chapel Wenn
Chapelle et prieuré Saint-Lupien (époque gallo-romaine, XVè siècle) Chapel ha prioldi sant Lupien
Chapelle de Praud (1850) Chapel Praud
Séminaire (1896) Kloerdi
Château de la Classerie (XVIIIè)  
Château de la Balinière (XVIIIè)  
Maison de la Bauche-Thiraud (XVIè, XVIIè)  
Borderie de la Brosse (XVIIè)  
Maison du Genêstais (fin XVIIIè)  
Maison de Praud (1845)  
Maison Fiollin (1881)  
Maison Vigier (1905)  
Cité Radieuse (1953-1955) (Le Corbusier)  

Album photos * Skeudennaoueg

Pour obtenir les photos à leurs dimensions réelles, il suffit de cliquer dessus Evit kavout ar skeudennoù dre o mentoù gwir, n'ez eus nemet daouglikañ warno

Ancien pont de Pirmil

Christophe Belser. CMD. 2000

       

Étymologie / Gerdarzh

* Dauzat & Rostaing (1963-1978) : renvoi à Razac. Rezé, Loire-Atlantique; Ratiaton, IIè s.; Ratiatensis vicus, VIè s.; Raciate, monnaie mérovingienne.

* J.-Y. Le Moing (1990) : Ratiaton, II; Resayum, 1287;

* Erwan Vallerie (1995) : Ratiaton, II°; Ratiatica civitas, VI0; Ratiatensis vicus, VI°; Raciatus portus, IX°; Razais, 1104; Resayum, 1287.

* Editions Flohic (1999) : "du latin ratis, fougère ou bateau. Les Romains appelant ratiara des bateaux à fond plat, Rezé serait le port des barges"

* Hervé Abalain (2000) : " ... du gaulois ratis, fougères + suffixe -ate; le Pagus Ratiatensis est le pays de Retz

Personnes connues Tud brudet
Jean Gauthier

Médecin et chirurgien

Rezé, 1678 / Monymorot, ???)

 
Hippolyte Dubois

Peintre

Rezé, 1837 / Samoëns, 1909

 

Armorial * Ardamezeg

         
Barberé          
seigneurs de la Bauche, en Rezé; du Bocage; de la Bottière, en Saint-Donatien; du Rocher

"de sable à la fasce cousue de gueule chargée d'une étoile d'or et accompagnée de trois trèfles de même, à enquerre"

"en sabel e dreustell gwriet en gwad karget gant ur steredenn en aour, hag heuliet gant teir melchonenn ivez en aour, da enkerc'hat"

Marc, maître des Comptes en 1568; Marc, son fils et Michel son petit-fils, aussi maîtres des Comptes de 1589 à 1697.

Fondu dans Kaerbout

(PPC)

         

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage avec Saint-Wendel, en Allemagne  
Jumelage avec Aïn-Deflia, en Algérie  

Communes du canton de Rezé Kumunioù kanton *Reudied
Bouguenais *Kervegon
Rezé *Reudied

Communes limitrophes de Rezé

Parrezioù tro war dro 

Bouguenais la Loire Nantes Vertou Les Sorinières Pont-Saint-Martin

Sources; Bibliographie / Eiennoù; Levrlennadur :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.

* Adolphe JOANNE : Géographie du département de Loire-Inférieure. Librairie Hachette et Cie. 1884           

* Albert DAUZAT & Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Larousse, 1963; Guénégaud, 1978.

* Dictionnaire MEYRAT : Dictionnaire national des communes de France. (année 1968). Éditions Albin-Michel Paris. 1970

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990

* Erwan VALLERIE : Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez * Corpus * Traité de toponymie historique de la Bretagne. An Here. 1995

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes de Loire-Atlantique. 1996

* Editions FLOHIC : Le Patrimoine des communes de Loire-Atlantique. 1999

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Pol POTIER de COURCY : Nobiliaire et armorial de Bretagne. 1890. Éditions des Régionalismes. 2011 / 2015

* Daniel DELATTRE : La Loire-Atlantique; les 221 communes. Editions Delattre. 2013

* AL LIAMM : Nouveau Dictionnaire Breton / Français; Français / Breton. 2014

Liens électroniques des sites Internet traitant de Rezé / *Reudied :

* lien communal : https://www.reze.fr/

* pajenn Wikipedia brezhonek : https://br.wikipedia.org/wiki/Reudied

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout va vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page. En dro d'ar penn ar bajenn