Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

 

Bro Naoned

Pays de Nantes

Eskopti Naoned

Évêché de Nantes

  Nozay - Nozàè

*Nozieg

 

pajenn bet digoret an 21.03.2005 page ouverte le 21.03.2005     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 01/03/2024 20:47:17

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Nantes / Bro Naoned; évêché de Nantes.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite des "Pays de Loire", département de Loire-Atlantique, arrondissement de Châteaubriant; chef-lieu de canton, entre le Don et le ru de la Ville au Chef.

Code postal : 

Superficie : 5770 ha.

Population :  1500 'communiants' vers 1780; 2000 hab. en 1863; 3242 hab. en 1970; 3240 hab. en 1979; 3050 hab. en 1990; 

Armoiries; blason / Ardamezioù

* Froger & Pressensé (1996) : "de gueules à la croix d'or cantonnée de quatre lionceaux de même

- Décision municipale du 8 novembre 1971. Enregistré le 19 juillet 1972. 

- armes de la famille de Nozay. Armorial de Guy Le Borgne, 1668

J.C.E : "en gwad e groaz en aour, heuliet ouzh pep konk gant ul leonig ivez en aour"

Paroisse / Parrez : église sous le vocable de saint Pierre aux Liens.

Histoire / Istor :

* Ogée (1780) : Nozay; petite ville dans un fond, sur la route de Nantes à Rennes, à 8 lieues au N. de Nantes, son évêché et le ressort de sa haute-justice; à 13 lieues 1/2 de Rennes, et à 2 lieues 3/4 de Derval, sa sub-délégation. M. le prince de Condé est le seigneur de cette paroisse, on l’on compte 1,500 communiants. Il se tient un marché considérable de grains tous les lundis dans le bourg, où l’on trouve aussi une brigade de maréchaussée et une poste aux chevaux. La cure est à l’Ordinaire. Le prieuré de Saint-Florent se présente par l’abbé de Saint-Florent-le-Vieil, celui de Beaulieu par l'abbé de Saint-Gildas-des-Bois; ce dernier est un fief anobli dans le XIVè siècle — Bernard, évêque de Nantes, donna à Mathieu, abbé de Saint-Fl0rent, l'église de Nozay, tant pour acquitter la promesse qu’il lui avait précédemment faite que pour l'âme de son père, mort moine dans ce monastère, vars l’an 1118. — Le prieuré de Saint-Saturnin de Nozay dépend l'abbaye de Saint-Florent de Saumur, ordre de Saint-Benoît.  En 1624, ce prieuré était encore occupé par un moine; mais il a été sécularisé depuis, et est maintenant desservi par un recteur et un vicaire. — En 1200, la seigneurie de Nozay appartenait à N... de Rieux, et en 1500 à a Jean de Rieux, maréchal de Bretagne; elle passa ensuite dans la maison de Montmorenci, et de celle-ci 
dans celle de Condé. La Ville-au-Chef, maison seigneuriale de Nozay, était autrefois un fort château, avec titre de châtellenie; il est aujourd’hui en ruines, et dépend, comme autrefois, de la baronnie de Derval. En 1420, la Ville-Fougeré, à Jeanne Huet, dame de la Ville-Fougeré; Beaumont, à Pierre de Menouel, sergent féodé du sieur de Rieux; Rogabonnet, à Jean Grimaut; Lorrière, à Jean de Lorrière; la métairie de la Houssaye, à Robin Bazin, qui devait sergenterie au seigneur de Rieux; le Coudray, à don Jean Gicquel; le domaine de la Touche, à Jean Sorin, sieur du Trouer; le château de la Touche a long-temps appartenu aux seigneurs de Montmorenci; M. le duc de Montmorenci y mourut en 1745. La  maison passa alors à M. de Kercado, lieutenant-général des armées du roi. Après  la mort de ce dernier, la terre de la Touche fut acquise par M. de Cornullier, qui en jouit aujourd’hui. La maison est décorée d’un parc planté en bois d'une assez grande étendue.

L’an 1595, l'église de Nozay fut polluée par les calvinistes, et réconciliée en vertu d'un indult de Rome, parce que l'évêque de Nantes n’était pas alors sur les lieux. Le territoire, arrosé de plusieurs ruisseaux et étangs, et couvert d'arbres et buissons, renferme des terres assez bien cultivées et fertiles, des prairies et des landes dont le sol excellent mérite les soins du cultivateur. On aperçoit en différents endroits beaucoup de pierres d'ardoise; mais jusqu’ici on ne s’est pas occupé de faire l'ouverture des mines.

Les bois du Désert et le parc de la Ville-au-Chef appartiennent à M. le prince de Condé.

* Marteville & Varin (1843) : NOZAY; ville (sous l’invocation de saint Pierre); commune formée de l'anc. par. de ce nom; aujourd’hui cure de seconde classe; chef-lieu de perception; bureau d’enregistrement; brigade de gendarmerie à cheval; bureau de poste et  relai. Limit. : N. Jans, Treffieux; E. Abbaretz; S. Puceul; O. Vay, Marsac. — Princip. vill. : la Tardivière, la Galine, le Grand-Perray, les Mérinais, les Grées,Ville-au-Chef, le Coudrais, Couébrac, le Tertre, le Bé, le Moûre, le Pot-Blanc, le Bois-Aubert, le Puits-Blanc. — Superf. tot. 5769 hect. 69 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1279; prés et pât. 2656; bois 514; verg. et jard. 52; canaux de navigation 49; landes et incultes 948; châtaigneraies 81; sup. des prop. bât. 14; cont. non imp. 175. Const. div. 481; moulins 3. Nozay est une  petite ville située sur la route de Bordeaux à Saint-Malo, entre Nantes et Rennes, et qui n’a rien de remarquable en elle-même. — C'est en cette commune que se  trouve l’établissement agricole de Grand-Jouan, établissement créé et dirigé par M. Jules Rieffel, et qui contient une colonie agricole avec une école primaire d’agriculture. — La vaste plaine de Grand-Jouan, autrefois sous bruyères, fut vendue, il y a une vingtaine d'années, par la commune de Nozay. Plusieurs essais de défrichement furent tentés, sur cette terre inculte, par divers propriétaires; mais ces défrichements n'excédèrent pas une cinquantaine d’hectares. — En1830, M. Jules Rieffel devint, comme gérant d’abord, et comme propriétaire quelques années plus tard, entrepreneur de ce défrichement; et dans une période de douze années, cinq cents hectares de ces terres, regardées jusqu’alors comme frappées d’une éternelle stérilité, ont été mises par lui en valeur. Une étendue de terrain, sur laquelle jusque là cent moutons avaient de la peine à trouver de quoi vivre, porte aujourd’hui une population de deux cents habitants, et donne au propriétaire, au moyen du colonage partiaire, une rente égale à celle des vieilles  terres du pays. — La colonie agricole se compose de familles de cultivateurs   pauvres, conduisant leur culture d'après les avis et à l’aide des avances de M. Rieffel, et qui partagent avec lui les fruits de la terre et tous les bénéfices de leur  exp1oitation. — M. Jules Rielfel qui, dès son début dans la carrière agricole, s’est voué de cœur aux progrès de l'agriculture en Bretagne, fonda chez lui, en 1833, une école primaire d'agriculture à l'instar de celle que M. de Fellenberg a fondée on Suisse; son but était de propager l'instruction primaire parmi les populations ignorantes de la Bretagne, et d’initier un certain nombre d’enfants  aux méthodes nouvelles et aux pratiques progressives de l'agriculture. La destinée de ces enfants, toujours au nombre de vingt-cinq, est de devenir des contremaîtres intelligents, hommes bien précieux chez les grands entrepreneurs de culture. Le conseil général de la Loire-Inférieure a reconnu l’utilité de cette école; et, la prenant sous sa protection, M. le ministre de 1’agriculture a voulu coopérer avec de département à son soutien. — En1842, le gouvernement confia à M. Rieffel la direction d’un institut agricole pour la région de l'Ouest, envoya à Grand-Jouan des professeurs habiles dans les arts et les sciences qui se rattachent à l'agriculture, et créa, pour former le noyau de l'école, vingt-quatre bourses réparties entre les différents départements de l'Ouest. — Instruite aux leçons et par les exemples  d’un économiste pratique, tel que le directeur de Grand-Jouan, cette pépinière de jeunes gens, pris dans la classe instruite des fils de propriétaires et des riches fermiers, que grossit tous les jours de nouveaux arrivants, promet aux landes de notre vieille province un avenir plus productif. — Il y a foire à Nozay le lundi  après le dimanche des Rameaux; la veille de la Pentecôte; le 1er août; le mardi après le 8 septembre; le 25 novembre; les lundis qui suivent la Chandeleur,  la Saint-Michel et la Toussaint. — Géologie : phyllades tabulaires; au sud  stéaschiste; au sud-est grès quartzeux; à une demi-lieue an sud de Nozay, amphibolite schistoïde; granite au village de la Gatine. — On parle le français.

Patrimoine. Archéologie / Glad. Arkeologiezh

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Église saint Pierre aux Liens Iliz
Prieuré / Chapelle saint Saturnin Prioldi / chapel sant Saturnin
La Ville au Chef  

Étymologie / Gerdarzh

* Albert Dauzat et Charles Rostaing. (1963-1978) : "Noziacum, 1076. nom d'homme latin Nautius et suffixe -acum, plutôt que nucetum".

* Jean-Yvers Le Moing (1990) : "Noziacum, 1076, Nozeyum, 1145 Ogée; Nozayum, 1287 Longnon".

* Éditions Flohic (1999) : "il signifie endroit bas et mouillé".

Personnes connues Tud brudet
Jean de Rieux

seigneur de Nozay; maréchal de Bretagne

 

Armorial * Ardamezeg

     
  Daghon de la Justonnière   de Rieux  
  seigneurs de Lorière      

Communes du canton de Nozay Kumunioù kanton *Nozieg
Abbaretz *Abbarez
La Chevallerais   *Kergaval
La Grignonais   *Kerrigon
Nozay *Nozieg
Puceul   *Puñsel
Saffré *Saverieg
Treffieux   *Trefieg
Vay   *Gwez

Communes limitrophes de Nozay Kumunioù tro-war-dro Nozieg
         

Sources; Bibliographie / Eien; Levrioù :

- OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

- A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1845.

- M.N Bouillet : Dictionnaire universel d'Histoire et de Géographie. Librairie L. Hachette et Cie. 1863.

- Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963-1978.

- Éditions Albin Michel : Dictionnaire national des communes de France. 1970.

- Jean-Yves Le Moing : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990. 

* Michel  FROGER & Michel PRESSENSE : Armorial des communes de Loire Atlantique. Froger SA. 1996.

- Éditions Flohic : Le patrimoine des communes de la Loire-Atlantique. 1999.

* Éditions Delattre : 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Nozay / Nozàè / Nozieg :

* lien communal : 

* pajenn Wikipedia brezhonek :

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout va vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page