Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

 

Kernev Cornouaille

Bro Boc'her Poher

  Mael-Pestivien

Maël-Pestivien

 

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 14/08/2016 11:23:32

Définition : commune de la Bretagne historique, en Haute Cornouaille / Kernev Uhel, en Poher / Bro-Boher; Évêché de Quimper.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Callac-de-Bretagne; entre le Blavet et l'Hyères.

Superficie : 3219 ha.

Population : 1100 'communiants' vers 1780, y compris la trève du Loc'h; 1593 hab. en 1878;  1632 hab. en 1890; 800 hab. en 1970; 591 hab. en 1990.

Histoire :

* Ogée (1780) : Maël-Pestivien; à 16 lieues 1/4 à l'E.-N.-E. de Quimper, son évêché (aujourd'hui Saint-Brieuc); à 26 lieues de Rennes, et à 1lieue 2/3 de Callac, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Carhaix, et compte 1100 communiants, y compris ceux du Loch, sa trêve. La cure est présentée par le commandeur du Paraclet. Son territoire renferme des terres en labour, fertiles en grain et lin, des pâturages abondants et des landes fort étendues; il produit du cidre. C'est un pays plat et couvert, borné à l'ouest par la forêt de Duault, et arrosé par la rivière d'Hière, qui y prend sa source; elle change de nom aux environs de Carhaix, où elle tombe dans la rivière d'Aulne. — La haute-justice de la commanderie de Maël-Pestivien appartient à M. le commandeur.

* Marteville et Varin (1843) : MAEL-PESTIVIEN (sous l'invocation de saint Sixte et de saint Laurent, son diacre); commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins sa trêve le Loch, passée en Peumerit-Quintin; aujourd'hui succursale. — Limit. : N. Pont melvez; E. Bourbriac, Kerien, Peumerit-Quintin; S. Peumerit-Quintin; O. Duault, Pestivien. —  Princip. vill. : Kerbrat, Kerered, Kerouen, Keris-Maël, Crec'h-di-Dec'h, Kerbalain, Kerguelen, Kerlan, Keroffret, Guern-ar-Floc'h, Kergoff, Kerscouarc'h, Coat-Maël, Kerohou, Kerléon, Kermorvan, Kersimon; Kerauter, Coat-Hamon, Kernavalen, Saint-Isidore; Gueïder, Kerhars.— Superf. tot. 3129 hect. 29 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 1756; prés et pat. 454; bois 10; verg. et jard. 38; landes et incultes 753; étangs 10; sup. des prop. bât. 14; cont. non imp. 93. Const. div. 305; moulins 5 (Crec'h-ar-Bley, du Blavet, Roud-ar-Harw, Kerouzac'h, à eau). La trêve le Loch, aujourd'hui en Peumerit-Quintin, était, en 1100, un prieuré de templiers qui passa plus lard a l'ordre de Saint-Jean. Il dépendait de la commanderie du Paraclet ou de la Feuillée. — Géologie : constitution granitique. — On parle le breton

- Régis de Saint-Jouan : "Cette ancienne paroisse du diocèse de Quimper avait pour succursale le Loch / ou le Louch (chef-lieu de la commanderie de Maël et Louch, appartenant aux chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem). Une seule municipalité fuit élue pour les deux paroisses, sous le nom de Maël-Pestivien, au début de 1790, puis la section du Loch fut distraite de Maël-Pestivien et annexée à Peumeurit-Quintin par l'ordonnance du 28 octobre 1832". 

Paroisse

- selon Marteville et Varin (1843) : "sous le vocable de saint Sixte et de saint Laurent, son diacre".

- aujourd'hui : saint-Laurent.

Armoiries; blason; logo : en attente

 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le Bourg Ar bourg
Église saint Laurent Iliz sant Laorans
La Chaire des Druides Kador an Drouized
Dolmen / allée couverte de Kerolland Taolvein / Kerroland
Menhir de Coat ar Men sul Peulven Koad ar Vein-Sul
Chapelle saint Gildas Chapel sant Gweltaz
Chapelle saint Pierre de Kerilismael

Chapelle Notre-Dame / Vieille Eglise

Chapel sant Per Kerilizmael

Chapel Itron-Varia / Kozh Iliz

Chapelle saint Isidore / Chapelle blanche Chapel sant Izidor / Chapel Ven
Manoir de Kerohou Maner Gerroc'hoù
Manoir de Karauffret Maner Geraofred
Manoir de Crec'h an Blay Maner Krec'h ar Bleiz

Étymologie

* Régis de Saint-Jouan (1990) : voir références à B. Tanguy, ci-dessous. Précision : "La graphie du nom de Mezle(-Carhaix) a peut-être été modifiée par attraction de celle du nom de Maël (-Pestivien), qui se prononçait de la même façon. Mais ce n'est pas du tout le même nom".

* Bernard Tanguy (1992) : Mael, 1160; Mel, 1433; Mael, 1444, 1535-1536; breton Mel Pistin.

" Si, de toute apparence, Pestivien (aujourd'hui Bulat), Maël et Peumerit formèrent originellement une seule paroisse, on ne peut dire à quand remonte son fractionnement. Absente des pouillés recensant vers 1330 et en 1368 les bénéfices du diocèse de Cornouaille, la paroisse de Maël n'est mentionnée qu'au siècle suivant.

Son nom apparaît cependant dans une charte apocryphe de 1160 énumérant parmi les biens des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem "l'aumônerie de Mael'. Avec sa trêve, Le Loc'h, dont le territoire a été rattaché à Peumerit en 1832, elle formait jadis un des membres de la Commanderie de La Feuillée. Outre quelque 72 quevaises, les Hospitaliers y possédaient l'église Saint-Laurent ainsi que les chapelles Saint-Pierre de Kerismaël et Saint-Jean de Locmaria et, à en juger par les lieux-dits Marhallach-Kerubet et Parc-Hogi, près de Kerrubet, un "lieu de marché" et une "cohue".

On peut penser que le centre primitif était à 7 km au nord-est du bourg actuel au village de Kerismaël, appelé Kernillismaelen 1536, "le village de l'église de Maël", près duquel se trouve la chapelle Saint-Pierre. Dite "la Vieille Église", l'édifice était jusqu'au XVII? siècle dédié à Notre-Dame. Les Hospitaliers pourraient bien ne pas être étrangers au transfert du chef-lieu.

L'existence aux abords de Kerismaël de parcelles portant le nom de Minihi "territoire monastique" n'est pas sans y suggérer la présence d'un ancien ermitage qui pourrait avoir été celui de l'éponyme de la paroisse. Sans doute aussi à l'origine de Botmel (cf. ce nom), Maël est, en effet, le nom d'un saint breton bien connu au pays de Galles, où il est associé à saint Sulien, éponyme notamment de Plussulien (cf. ce nom). Fêtés le 13 mai, ils ont des églises à Corwen dans le Merio-neth et à Y Cwm dans le Flintshire".

*****

JC Even : dans le cadre de l'étude Emgann Karaez / La Bataille de Carohaise, (1996) à la recherche de l'explication du nom de Carmélide donnée par les romans au pays dont Carohaise y est désignée la capitale, et sous-tendu par la découverte à proximité d'une monnaie de Jules Népos (le Jules César de la Légende),  j'avais effectivement tenté un rapprochement avec le nom de Maël-Carhaix qui, lui, sans l'ombre d'un doute, contient bien le racine *metlos = colline. Il est de fait que tout ce secteur des Monts d'Arrée est caractérisé par des collines, et que Maël-Pestivien elle même se trouve sur une crete.

Je tiens à apporter cependant, a contrario, un argument trouvé chez Ogée (1780) concernant Maël-Pestivien : " C'est un terrain plat et couvert...".

S'il est difficile d'accepter que le bourg actuel de Maël-Pestivien soit une plaine, on peut accepter qu'il s'agit d'une pénéplaine, sorte d'altiplano à l'intérieur des Monts d'Arrée, et rappeler alors l'argument de Bernard Tanguy que le bourg actuel n'est peut-être pas le point de départ de la commune, et qu'il y aurait donc eu un transfert de nom à partir de Kernillismaelen.

*****

- Éditions Flohic (1998) : "du breton maël, prince, chef, et nom de saint breton connu au Pays de Galles, ainsi que penn, tête, bout, et stivien, sources jaillissantes".

Personnes connues Tud brudet
   

Vie associative Buhez ar gevredadoù
   

Communes du canton de Callac-de-Bretagne Parezzioù kanton Kallag
Bulat-Pestivien Bulad
Calanhel Kalanhel
Callac-de-Bretagne Kallag
Carnoët Karnod
Duault Duod
Lohuec Loueg
Maël-Pestivien Mael-Pestivien
Plourac'h Plourac'h
Plusquellec Pluskelleg
Saint-Nicodème Sant Nigouden
Saint-Servais Sant Servez

Communes limitrophes de Maël-Pestivien Parrezioù tro war dro Mel-Pestivien
Bulat-Pestivien Pont-Melvez Bourbriac Kerien Peumeurit-Quintin Saint-Servais Saint-Nicodème

Sources

- OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

**********

- Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

- J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. Saint-Brieuc. 1890.

- Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

- Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes. Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

- Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992.

- Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Maël-Pestivien / Mael-Pestivien :  

* lien communal :

* autres sites : 

* Centre généalogique du Poher : http://cgh.poher.free.fr

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page